Interprète LSF en temps de pandémie

Réservation interprètes LSF Vouloir Dire

Le début de la crise

Ça fait maintenant un an que nous y sommes et nous voulions faire un bilan avec vous.

Mars 2020 nous apprenions assez subitement que nous allions être confiné.es. Au début, et comme tout le monde, nous avons été hébétées et démunies face à cette annonce. Et il en a été de même pour nos clients. Nos prestations d’interprétation en langue des signes ont été annulées les unes après les autres. Vouloir Dire avait connu un bon lancement. Nous étions satisfaites de ces premiers mois mais là il s’agissait clairement d’un énorme coup de frein !

Après cette période difficile nous avons dû nous réinventer et investir de nouveaux outils pour que l’accessibilité en langue des signes ne soit pas mise de côté. Nous avons découvert zoom, teams, jistsi, google meet, skype, etc. Certains fonctionnant mieux que d’autres pour l’interprétation en langue des signes – possibilité ou non d’épingler une ou plusieurs personnes, de cibler un.e interlocuteur.trice dans le chat…

Pas ce genre de chat… Ceux là sont vraiment pas pratiques pour les réunions à distances !

L’interprétation à distance

Mais c’est aussi nos techniques d’interprétation que nous avons dû réinventer. En effet, la langue des signes est une langue gestuelle en 3D. Être derrière un écran, et donc en 2D, est une contrainte non négligeable dont nous devons tenir compte. L’utilisation du chat est par contre bien pratique. Elle permet de faire passer des mots importants sans les épeler, ce qui, nous le savons, n’est pas toujours compréhensible pour les récepteurs de la langue des signes. Et puis comme tout le monde nous avons dû subir les connexions de mauvaise qualité, le son qui coupe et autres problèmes techniques que vous connaissez aussi bien que nous ! D’ailleurs, vous pouvez réserver des interprètes LSF pour vos évènements à distance sur notre site : http://www.vouloir-dire.fr . N’hésitez pas !

Euuuuuuuuuuh…

En somme et comme tout le monde nous avons vu notre métier se transformer ; la visio- interprétation existe depuis un moment mais là il a fallu interpréter un nombre bien plus important de situations via cette méthode.

Le déconfinement

Et puis l’heure du déconfinement est arrivée et les rendez-vous en présentiels ont petit à petit repris. En présentiel, oui, mais avec gestes barrières et distanciation. Il fallait donc porter le masque mais. Comme vous le savez, le mouvement des lèvres et les expressions faciales sont très importantes pour la compréhension de la langue des signes. Les masques chirurgicaux et en tissu n’étaient donc pas utilisables pour les interprètes en langue des signes. Nous avons essayé les visières mais bien souvent elles gênent la vision et les signes qui se font près du visage… Sont ensuite apparus les masques inclusifs, mieux mais pas parfaits. Ils génèrent souvent de la buée et gênent aussi l’articulation de certains signes.

Sortez couverts !

Et après…

Se sont ensuite enchainé couvre-feu et confinements et nous n’en sommes toujours pas sorti.es puisque le troisième confinement commence aujourd’hui. Et depuis, c’est un mélange entre des rendez-vous en présentiels et des rendez-vous à distance. Nous sommes maintenant rodées pour interpréter via ces deux modes.

Il nous semble important de dire que cette situation ne doit pas être une excuse pour mettre de côté l’accessibilité en langue des signes. Plus que jamais les sourds ont besoin d’être tenus informés et que le lien social demeure !

Cet article a 3 commentaires

  1. Quand elle parle de la pandemie comme de n’importe quel autre sujet, Nathalie Gilbert dit presque toujours tout deux fois. Et en meme temps. Un tic de pro, en effet. Nathalie Gilbert travaille comme interprete en langue des signes quebecoise (LSQ). Elle accompagne des etudiants de l’Universite Laval, elle sert de truchement a l’Assemblee nationale. On la voit donc souvent en mortaise des ecrans de telediffusion des conferences de presse de 13 h du premier ministre Legault. Ici comme ailleurs, les langues des signes ont envahi les ecrans.

    1. Vouloirdire

      C’est toujours une bonne nouvelle que d’apprendre que les langues des signes envahissent les écrans !

Laisser un commentaire