Comment repousser la date de péremption des interprètes en langue des signes ? Ou les secrets de la longévité professionnelle des interprètes LSF.

Quelques petits trucs et astuces pour apprendre à prendre soin de soi quand on est interprète en langue des signes.

Vouloir Dire, le premier site de réservation en langue des signes

Nous aimons notre métier, interprète en langue des signes, et nous voulons le faire le plus longtemps possible. Nous avons donc eu envie de partager avec vous quelques petits trucs pour faciliter le quotidien d’un métier dans lequel nous sommes parfois un peu chahuté.es.


Un temps d’avance

En ce qui me concerne, j’aime bien arriver au moins 1/4 d’heure en avance. Bien sûr, ça laisse le temps de trouver la salle quand c’est dans un endroit que je ne connais pas ou de passer les contrôles de sécurité si besoin mais ça permet aussi de « prendre la température ». On voit dans quel type d’ambiance on va intervenir et surtout on peut essayer d’obtenir du contexte.

Ce n’est pas toujours évident parce que les gens ne sont pas forcément disponibles et parfois ils ne comprennent pas pourquoi nous avons besoin de les rencontrer avant mais, personnellement, ça m’enlève toujours une bonne partie du stress si j’ai pu échanger avec au moins un.e des participant.es avant de commencer.

Eviter les TMS

J’enfonce une porte ouverte en disant que, dans notre métier, nous pouvons être facilement sujet.es aux TMS (troubles musculo-squelettiques pour les non-initié.es). Eh oui la LSF sollicite les articulations ! Il faut essayer de se ménager – si possible prendre des pauses, ne pas enchainer les grosses vacations… – mais on peut aussi faire quelques mouvements d’échauffement avant d’interpréter.

Il ne s’agit pas d’exercices incroyables mais de petites choses comme faire tourner ses poignets (vous savez, ce mouvement qu’on faisait vite et mal avant les séances de hand ou de volley en cours d’EPS), bouger ses doigts, étirer les muscles et les tendons des bras et avant-bras, se détendre la nuque et les épaules. Tout ça, fait en respirant, peut aider à limiter les risques.

TMS interprète langue des signes
Exemple de mouvements pour s’échauffer


On peut aussi avoir une balle anti-stress dans son sac et il ne faut pas hésiter à aller voir un ostéopathe, même si tout va bien (c’est comme le contrôle technique, il faut le faire même si la machine roule plutôt bien).

Balles anti-stress poulpe Vouloir Dire
Balles anti-stress poulpe

A boire et à manger

En ce qui concerne les trucs à avoir dans son sac, outre la balle, on a l’indispensable bouteille d’eau – réutilisable, on pense à la planète – qu’on prend même quand ce n’est pas la canicule. Parce qu’on n’interprète pas que vers la langue des signes, on peut boire une gorgée avant d’interpréter vers le français pour aider à lubrifier les cordes vocales et éviter l’apparition de nodules.

Vouloir Dire, site de reservation d'interprètes en langue des signes
La voix aussi travaille !

Également important : de quoi se sustenter. Selon où et à quelle heure on intervient, on n’est pas à l’abri du coup de faim soudain. Alors on embarque une barre céréalière, une compote à boire ou des fruits à coque (si pas d’allergie bien sûr, on veut pas de morts sur la conscience) comme des amandes ou des noix, très bonnes pour le cerveau et la santé cardio-vasculaire.
Mention spéciale pour le doliprane pour les maux de têtes impromptus et les serviettes/tampons pour les règles qui arrivent plus tôt que prévu.

Un dernier petit tips pour la route

Et bien sûr, une batterie de téléphone chargée ou le chargeur lui même pour ne pas rester en rade, perdu.es entre la gare RER et le lieu de la vacation. On peut également utiliser une batterie de secours parce que se rendre sur les lieux des rendez-vous est parfois une aventure et que le GPS décharge vite la batterie.

Ne pas oublier les collègues !

Enfin, last but not least, les collègues qui font aussi potes et avec lesquel.les on peut discuter après une prestation un peu difficile, frustrante ou au contraire trop chouette.
D’ailleurs, avec Vouloir Dire, nous espérons pouvoir vous proposer des groupes d’analyse de pratique, parce qu’on trouve important de prendre soin de notre tête autant que de notre corps.

Pour celles et ceux qui se débrouillent en anglais et qui voudraient aller plus loin, nous vous recommandons le livre Sign Safely, Interpret Intelligently du Dr Diane Gross.

Vouloir Dire, le premier sit de réservation d'interprètes en langue des signes.
Bientôt disponible !

©http://www.vouloir-dire.fr

Laisser un commentaire